Mardi dernier, j’ai vécu une expérience très intéressante.
J’avais été sollicité par la responsable du BTS Services en milieu rural proposé par la Maison Familiale Rurale du Château des Moutiers / la Bagotière.
La formation se déroule en contrat de professionnalisation, les élèves travaillent donc dans une structure (en milieu rural), en alternance avec les périodes de formation.
Pour ce module, elles (puisqu’il n’y a que des filles dans cette première promotion) devaient repérer un besoin en terme de communication, réfléchir à un outil adapté pour y répondre, le mettre en place et évaluer les résultats.
Une démarche projet, donc, qu’elles présentaient mardi.

J’avoue avoir été surpris, dans l’ensemble, par le bon niveau des candidates.
Avec des variations, bien sûr, mais pour certaines une vraie compréhension de cette démarche projet, et une belle finesse dans les questionnements.

L’un des points qui est ressorti tout de même de cette journée, c’est un contenu qui fait défaut dans leur formation en communication : une formation à la culture graphique !

Comme souvent, le module communication aborde les grands enjeux de la matière – définir une cible, un message, choisir un support adapté, penser la diffusion – du point de vue d’un chef de projet, qui fera faire ou fera appel à une agence de communication.
C’est bien, mais. Dans une petite structure associative, comme celles dans lesquelles travaillent la grande majorité des filles, la hiérarchie des postes n’est pas si marquée. Et une fois le projet bien défini, le cahier des charges écrit… c’est la même personne qui réalise, et qui diffuse, également, dans la plupart des cas.
Et c’est là que le bât blesse : sans aucune notion en typo, en mise en page, en manipulation des images… on se débrouille comme on peut, mais le résultat est très très « amateur » !
Alors que sans en faire des graphistes professionnelles, bien sûr, une petite initiation aux enjeux de la conception graphique pourrait faire décoller le niveau des outils réalisés.

Bien évidemment, nous n’avons pas pénalisé les candidates pour ce manque – le référentiel du BTS évalue la compréhension et la mise en place d’une démarche de projet, pas la réalisation de l’outil.
Mais je reste certain – et la formatrice également, d’ailleurs – que ce module complémentaire dans leur formation leur apporterait un vrai plus… peut-être lors des prochaines sessions ?

[ ajout : pour la promotion 2010-2011, la MFR a fait appel à moi pour une journée de formation graphisme et mise en page ! ]

Jury pour les projets communication à la MFR du château des Moutiers

                                                        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *